Maternelle

Vie pratique

Le matériel de vie pratique constitue les premiers exercices. Il existe quatre grands groupes d’exercices de vie pratique (pour l’adulte) qui se font en parallèle pour l’enfant :

Le soin de l’ambiance

L’enfant est sensibilisé dans un premier temps aux exercices préliminaires, tels que porter une chaise / un plateau / rouler et dérouler un tapis / ouvrir et fermer une porte…Ensuite, l’enfant accomplira des travaux à difficultés graduées qui sollicitent la patience d’exécution et une certaine responsabilité pour les mener à bien.

Le soin du milieu extérieur demande également à l’enfant de respecter son environnement, la nature. Des activités, telles que prendre soin des plantes, changer l’eau des fleurs, laver le linge, apportent à l’enfant cette satisfaction, ce réveil des énergies ( attention, concentration, répétition, précision du geste, confiance en soi, indépendance) qui le prédisposent aux travaux les plus difficiles de son développement intellectuel.

Le soin de la personne

L’enfant qui arrive à l’école se déshabille lui-même et pend son manteau sur le cintre. Il trouve dans l’ambiance des cadres grâce auxquels il peut apprendre à boutonner, à nouer, à lacer…Ces objets développent l’habileté des gestes nécessaires à s’habiller. Cela demande des manœuvres différentes et suffisamment complexes pour que l’enfant distingue ses gestes successifs, complets et ordonnés. Par ailleurs, il trouve des lavabos pour se laver les mains, il apprend à coudre, à cirer ses chaussures : tous les objets de l’ambiance l’invitent à agir, à accomplir un travail vrai dans un but réel, facile à atteindre.

« N’exécuter aucun mouvement superflu, c’est atteindre le degré de perfection qui permet au mouvement d’être harmonieux. » M. Montessori

Le soin de la personne se vit au quotidien par les enfants : brossage des dents après le repas, lavage des mains avant et après les repas et collation, lors des pauses-pipi ! …

Grâce et courtoisie

Saluer, céder le passage, remercier, s’excuser… Ces différentes situations font participer l’enfant aux règles de vie de la société. Ce processus de socialisation forgera les bases sociale et individuelle de l’enfant, qui prendra confiance en lui et connaîtra l’estime de soi par le travail inconscient de l’autonomie.

En pratique, la journée à l’école favorise les échanges, le partage entre les enfants, lors d’événements quotidiens et repères nécessaires :

– rassemblement du matin pour se dire bonjour, raconter son week-end, parler d’un sujet important à l’enfant…

– collation du matin où les enfants partagent leurs fruits, participent à la préparation de l’assiette et servent.

– repas du midi où les enfants se souhaitent un « bon appétit » lorsque tout le monde est à table.

– à la fin du repas, des enfants volontaires débarrassent, nettoient, balayent…

– à la fin de la journée, lors des responsabilités, les enfants s’organisent et gèrent le rangement de la classe.

Jeux collectifs de coordination motrice

On propose à l’enfant de perfectionner son mouvement par la quête de l’équilibre, marcher sur la ligne. La finalité principale en est de développer la coordination psychomotrice de tout le corps et de raffiner la concentration, pour le conduire progressivement à la confiance en soi et à l’estime de soi.

Sensoriel

M. Montessori considérait que la main était l’auxiliaire de la pensée, car on appréhende son environnement avec tous ses sens. Maria Montessori a élaboré des exercices permettant au jeune enfant d’aiguiser ses sens :

  • distinguer les perceptions ( comparaison )
  • préciser les classements, ordonner
  • généraliser, conceptualiser

Le matériel est donné à partir de trois ans, quand l’enfant sait bien manipuler la Vie Pratique, car la concentration acquise est nécessaire. A travers la manipulation, la vision de la réalité devient plus précise et exacte, la perception du monde dans lequel il vit devient plus fine. L’enfant se repère de façon plus précise, il devient un explorateur conscient.
Ce matériel permet d’appréhender les identité / contraste et gradations de couleur, de poids, de forme, de texture, de taille, de son, d’odeur…

Langage

L’enfant est prêt lorsque la main est préparée. Pour entrer en communication, il faut être initié, bien que parler ne relève d’aucun apprentissage.
« Le langage, c’est du temps, du son, de la musique. » M. M.
Dans la pédagogie Montessori, le développement du langage est favorisé par la confiance en soi. Il faut cheminer vers elle en racontant des histoires.
Il est nécessaire d’écouter l’enfant, en reformulant de façon indirecte ( sans le mettre en échec) ses imperfections. Ce résultat est le long travail intérieur de l’enfant, qui va de paire avec une longue et lente préparation de la part de l’enfant et de l’environnement.
En langage écrit, la préparation est un mécanisme d’associations de sons, qui aboutira à l’écriture et à la lecture.

Préparations indirectes à l’enrichissement du vocabulaire

Développement écriture / lecture selon 3 aspects :

  1. Aspect physique : à travers le travail de la main, de l’oreille et de l’œil.
  2. Reconnaissance de formes irrégulières ( formes géométriques, lettres)
  3. Aspect psychologique : à travers la concentration, il faut aider l’enfant à écrire, par le respect des différentes périodes sensibles (ordre, mouvement, langage).

« Ce n’est pas en répétant des lignes de lettres, mais en répétant les mécanismes d’écriture que l’enfant apprend à écrire. » M. M.

 

La lecture est purement syllabique. Les outils tels les alphabets mobiles, les lettres rugueuses, les phonogrammes… renforcent l’étude des sons sur le plan oral, visuel et tactile. L’enfant apprend ainsi à lire en décomposant des syllabes, puis des mots, des phrases, dans la compréhension et non l’illusion !

Mathématiques

Maria Montessori a conçu un matériel concret pour représenter toutes sortes de quantités. Elle a ensuite observé que l’enfant est intéressé par le comptage, aime manipuler les éléments qu’il énumère. En combinant ce matériel, en le séparant, en le partageant, en le comptant, l’enfant développe un certain enthousiasme pour le monde des chiffres. Les mathématiques se décomposent essentiellement en quatre grandes étapes complémentaires et progressives :
La première numération ( 1 à 9 ) le système décimal ( 10/ 100 / 1000 / 10000 / 100000 )
la deuxième numération (11 à 99) la mémorisation.
L’ensemble du matériel mathématique permettra à l’enfant d’acquérir un esprit logique développé.
« Aide-moi à faire seul et à être moi-même. ». M. M.

Introduction à la biologie

Les buts généraux des « sciences » sont de faire découvrir à l’enfant le monde dans lequel il vit. La période 3-6 ans offre le monde à l’enfant, les qualités sensorielles favorables à l’exploration. Il faut créer les intérêts pour le développement de l’intelligence. Il est nécessaire de se baser sur la réalité des faits, des choses que l’enfant percevra avant de les nommer. Avant 6 ans, on part d’un tout pour aller vers le détail.

Introduction à la géographie

Le matériel géographique est un matériel essentiellement sensoriel, sous la forme de globes lisse / rugueux et de couleurs (pour chaque continent ), et de puzzles.
Ses objectifs :

  • aider l’enfant à se repérer dans l’espace à travers ses expériences.
  • lui faire découvrir le monde dans lequel il vit, lui faire prendre conscience qu’il existe d’autres peuples, d’autres cultures.
  • structurer l’organisation interne de son espace.

Il faut toujours partir du global vers le détail. L’enfant trouvera dans l’ambiance des supports tels que livres, cartes, diapositives ; il pourra même s’investir en dessinant les cartes.

Histoire

C’est la dernière notion complexe acquise par l’enfant. On peut avoir dans l’ambiance plusieurs objets sur le « calcul » du temps, sous forme de jeux : « ma famille et moi », « photos » ( l’enfant amène des photos de lui de la naissance à son âge effectif ), « tableau d’actualités » (actualité plus centrée sur la classe : travail sur les saisons, événement à partager avec le groupe, visualiser les calendriers à échelles différentes pour avoir plusieurs représentations du temps.