A bon entendeur…

Qu’elle soit classique ou alternative, l’école est devenue le souffre-douleur de la société.

Certains parents démissionnaires donnent toute la responsabilité éducative à l’école.

Par expérience, nous constatons que ces parents, ex-écoliers de l’enseignement traditionnel, basés sur des repères profondément enracinés depuis des décennies, ont des exigences identiques à celles demandées à l’éducation nationale.

Proposer un cadre Montessori à son enfant, c’est choisir « courageusement » de voir les choses différemment, c’est accepter de penser différemment…

Or, une école alternative ne peut se plier à la contradiction de certains parents, à savoir : d’une part, proposer un cadre respectueux à l’enfant  et à ses rythmes d’apprentissage et  d’autre part, garantir aux parents les mêmes exigences que dans une école classique (évaluations, rythme d’apprentissages identique à tous, programme scolaire imposé…).

Ces mêmes parents, qui reprochent à l’école traditionnelle de ne pas assurer son rôle d’instruction, exigent un rôle d’éducation à l’école alternative.

Nous sommes confrontés au quotidien à une malhonnêteté croissante, à une certaine malveillance de quelques personnes dont l’exigence est sans limite.

Ces mêmes personnes qui ont pourtant fait un choix et assurent par la suite que c’était un mauvais choix… la faute à qui ? toujours aux autres, bien sûr.

Notre rôle est celui d’accompagner l’enfant, aidés des parents. Nôtre rôle est celui de dialoguer, d’échanger, de conseiller, d’entendre et d’écouter.

Nous ne devons pas tout assumer, ni subir un manque d’éducation et une réelle déloyauté de certains adultes :

– Comparer les apprentissages de son enfant à celui de sa copine ; dire qu’il ne progresse pas assez vite;

– Obliger que son enfant travaille sur des notions inappropriées à ses intérêts (périodes sensibles);

– dire que son enfant s’ennuie alors qu’il est en phase d’observation;

– exiger qu’il remplisse des cahiers, des lignes d’écriture…

– exiger qu’il apprenne des poésies et leçons « par coeur »…

– accepter que son enfant ne respecte pas le travail des autres par un comportement « d’enfant roi »;

– refuser que l’école pose un cadre dans le respect mutuel;

autant de points qui expriment une profonde incohérence entre les attentes réelles de certaines personnes et leur démarche première.

Merci à tous les parents qui, depuis 14 ans, nous ont fait confiance, nous font confiance, nous feront confiance.

Aux autres détracteurs, qu’ils puissent trouver leur chemin, guidés par l’humilité, l’honnêteté et la sagesse.

Nous avons entière confiance en l’Enfant, porteur d’un monde meilleur.

A bon entendeur …